Important

Le site www.mpfm.fr va fermer prochainement.

Nous vous donnons rendez-vous, dès à présent, sur le Portail de l'orientation et de la formation professionnelle en région Occitanie www.meformerenregion.fr

Agenda

Pour consulter l'agenda, rendez-vous sur le site www.meformerenregion.fr.

Actualités

Pour consulter les actualités, rendez-vous sur le site www.meformerenregion.fr.

Interview

Candy R., responsable remontage machine chez Forest Liné, conception et fabrication de machines-outils site de Capdenac (160 salariés).

Candy R., responsable remontage machine chez Forest Liné, conception et fabrication de machines-outils site de Capdenac (160 salariés).

Quel a été votre parcours de formation ?

Je suis diplômée de l’UTC (Université technologique de Compiègne). J’ai d’abord obtenu un Bac + 2 en Sciences de la matière avec une option prépa ENSI (Ecole nationale supérieure d’ingénieurs). J’ai choisi l’UTC car c’est une école d’ingénieurs bien classée, avec une variété d’options et des stages pratiques. Sur trois ans de formation, on a deux stages de six mois.

Avez-vous trouvé un emploi rapidement ?

Oui, chez Forest Liné après mon stage. Le projet de fin d’études est souvent un bon tremplin pour la première embauche. J’ai débuté comme ingénieure industrialisation puis, au bout d’un an et demi, j’ai évolué vers un poste de responsable remontage machine. C’est une progression professionnelle qui intègre la gestion de tout le chantier : gestion de projet et du personnel.

Comment se passent les relations avec vos équipes ?

Il faut être honnête, les métiers de la mécanique restent encore très masculins. Alors quand on est une femme et jeune de surcroît, ce n’est pas évident. Il faut beaucoup communiquer. Je suis une débutante par rapport aux salariés qui travaillent ici depuis 30 ans sur le remontage des machines.  
Il faut donc savoir rester humble et faire ses preuves.

Que conseillez-vous à un jeune qui souhaite s’orienter vers ce métier ?

L’ingénieur, hormis en bureau d’études, aura souvent un poste d’encadrement alors que le technicien sera affecté au réglage et au montage. J’encouragerai donc un jeune en BTS (Brevet de technicien supérieur) ou licence pro à continuer ses études. Aujourd’hui, dans le secteur de la mécanique et surtout dans les grandes entreprises, il est difficile pour un technicien de devenir cadre. J’en connais qui regrettent de ne pas avoir poussé leurs études

Publié le 10/08/2012

Les domaines concernés

Travail des métaux

Mécanique

CarifOref Midi-Pyrénes Europe Région Midi-Pyrénes Direccte Occitanie