Agenda

  • 25
    avril
    Mardi 25 avril à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 04
    mai
    Jeudi 4 mai à Labège : Film interactif sur l'alternance "Dépasse le Non !"
    Lire la suite
  • 09
    mai
    Mardi 9 mai à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 23
    mai
    Mardi 23 mai à Labège : Atelier création d'entreprise
    Lire la suite
  • 23
    mai
    Mardi 23 mai à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 01
    juin
    Jeudi 1er juin à Albi : Réunion d'information "Reprendre ses études à l'Université"
    Lire la suite
  • 06
    juin
    Mardi 6 juin à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 26
    juin
    Mardi 26 juin à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite

Voir tous les agendas

Actualités

  • 20 avril 2017

    187 600 projets de recrutements en 2017 pour la région Occitanie

    Les résultats de l'enquête Besoins en main-d'œuvre 2017 (BMO) viennent d'être publiés par Pôle emploi. Cette enquête annuelle mesure les intentions de recrutement des employeurs pour l'année 2017, qu'il s'agisse de créations de postes ou de remplacements.  Pour cette nouvelle édition, Pôle emploi a interrogé plus de 160 000 établissements en fin d'année 2016.  Une nette amélioration des perspectives d'embauche pour 2017 Le nombre de projets d'embauche progresse de 4,4 % en Occitanie, soit plus de 7 800 projets supplémentaires par rapport à 2016. La part des établissements souhaitant recruter est également en hausse (24 % contre 22 % en 2016). Plus de la moitié des projets de recrutement est liée à une activité saisonnière en raison des caractéristiques de la région fortement orientée vers le tourisme et l'agriculture.    Plus de 6 projets sur 10 se situent dans les services Avec 114 330 intentions d'embauche, les services représentent 61 % des besoins en main-d'œuvre de la région et se répartissent entre les services aux particuliers (27 %), les services aux entreprises (17 %) et l'hébergement-restauration (17%). Le second secteur envisageant le plus de projet de recrutement est le secteur agricole, avec 36 215 intentions d'embauche dont 5 660 pour des activités de l'industrie agroalimentaire. Le commerce représente 12 % des besoins en main-d'oeuvre de la région. L'industrie représente, comme la construction, 4 % des projets de recrutement. Des profils avec des niveaux de qualifications faibles comme élevés dans les métiers les plus recherchés Vente, tourisme et services (72 539 projets de recrutement) : serveurs de cafés et de restaurants, employés polyvalents de cuisine ou agents d'entretien de locaux Métiers de l'agriculture (34 660) : viticulteurs, arboriculteurs, cueilleurs et les agriculteurs et ouvriers agricoles.  Social et médico-social (22 357) : professionnels de l'animation socioculturelle, aides-soignants, sportifs, animateurs sportifs Encadrement (16 177) : artistes, ingénieurs, cadres études et R&D Informatique, responsables informatiques, professionnels du spectacle Des recrutements qui restent hétérogènes d'un département à l'autre Plus de 4 projets sur 10 sont concentrés sur les seuls départements de la Haute-Garonne et de l'Hérault Au niveau des bassins d'emploi, 4 rassemblent 39 % des besoins en main-d'œuvre de la région : Toulouse (33 400 projets), Montpellier (19 900 projets), Perpignan (11 600 projets) et Nîmes (9 100 projets).  Plus de difficultés de recrutement en 2017 Plus d'une embauche sur 3 est jugée difficile par les employeurs en 2017 soit une proportion en hausse par rapport à 2016 (34 % contre 30 %).Cette hausse des difficultés concerne davantage l'industrie manufacturière (+ 7,9 points) et les services aux entreprises (+ 7 points). Les entreprises de moins de 10 salariés anticipent plus de difficultés à recruter que les entreprises de plus de 100 salariés. Des disparités face aux difficultés existent au niveau des bassins d'emploi avec 5 bassins affichant un taux supérieur à 40 % : Figeac, Rodez, Saint-Gaudens, Toulouse et Muret. Les difficultés rencontrées dans ces territoires concernent principalement la construction, l'hébergement et restauration, le commerce et l'industrie manufacturière. 

    Lire la suite
  • 07 avril 2017

    Testez vos connaissances sur l'apprentissage !

    Dans le cadre de leur plan d'actions, les trois Maisons communes emploi formation de l'Aveyron ont crée un Quizz afin de recueillir les connaissances et représentations des différents publics sur l'apprentissage.  Venez tester vos connaissance sur l'apprentissage ! Qu'est ce que l'apprentissage ? Pour quels publics ? Pour quels niveaux d'études ?  Ce questionnaire a pour but de valoriser l'apprentissage.  Il est anonyme.  Pour répondre à ce quizz, cliquez sur le lien suivant  :  http://urlz.fr/4LTy

    Lire la suite
  • 28 mars 2017

    L'entrée en apprentissage jusqu'à 30 ans est désormais possible en Occitanie !

    Un  décret du 20 mars 2017 complète la liste des collectivités territoriales autorisées à participer à l’expérimentation relative à la dérogation de la limite d’âge de droit commun dans l’apprentissage, prévue par la loi Travail du 8 août 2016. A compter du 1er janvier 2017 et jusqu'au 31 décembre 2019 , les jeunes pourront, jusqu'à leur 30 ans révolus, entrer en apprentissage dans les CFA des régions volontaires. Toutes les entreprises qui font former leurs apprentis sur le territoire ouvert à l'expérimentation y auront donc accès. L’Île-de-France et l’ Occitanie sont ajoutées aux sept régions (Bretagne, Bourgogne Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Grand Est, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Pays-de-la-Loire) déjà inscrites dans cette expérimentation. 

    Lire la suite
  • 28 mars 2017

    Spectacle vivant : nouveau référentiel métier pour les directeurs techniques

    La  Commission partiaire nationale emploi formation spectacle vivant  vient de publier le nouveau référentiel métier de directeur technique, réalisé en partenariat avec le Centre national de la fonction publique territoriale, la Direction générale de la création artistique et Réditec. Le référentiel décrit les missions et activités du métier, les compétences spécifiques et transversales, les parcours possibles pour exercer ce métier et les évolutions envisageables.    Le référentiel métier de régisseur général, en cours d’actualisation, sera bientôt disponible en ligne.    Ce travail partenarial a pour but d’améliorer la reconnaissance des professions et de renforcer la transversalité avec la fonction publique territoriale. Consulter le référentiel métier

    Lire la suite

Voir toutes les actualités

Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE)

Date de mise à jour : 30 avril 2009

Objectifs

Eviter ou limiter le nombre de licenciement pour motif économique et faciliter le reclassement des salariés pour lesquels ce type de licenciement ne peut être évité.

Employeurs

Obligation de PSE pour toute entreprise d’au moins 50 salariés qui :
- prévoit au moins 10 licenciements pour motif économique sur une période de 30 jours,
- ou envisage un licenciement pour motif économique dans les 3 mois qui suivent le licenciement pour motif économique de 10 personnes durant 3 mois consécutifs (ou de 18 personnes durant la dernière année civile),
- licencie au moins 10 salariés pour refus de modification essentielle de leur contrat de travail pour cause économique.

Bénéficiaires

Tout salarié pour lequel un licenciement pour motif économique est envisagé.

Contenu

Actions possibles : 
- reclassement interne des salariés (si les emplois concernés sont de catégorie inférieure, l’accord express des salariés est obligatoire), 
- reclassement externe à l’entreprise, 
- formation, validation des acquis de l’expérience ou reconversion,
- réduction ou aménagement du temps de travail.

A noter : les mesures de reclassement ne peuvent pas être remplacées par une transaction individuelle entre employeur et salarié car le PSE est un obligation qui relève de la garantie au reclassement du salarié (Cour de Cassation 20.07.07).


Procédures

Information et consultation des représentants du personnel sur le contenu du PSE.
En l’absence de représentants du personnel, le PSE doit être communiqué à l’Inspection du travail et affiché sur les lieux de travail.

Communication du PSE à l’Inspection du travail, qui peut présenter toute proposition visant à le compléter ou modifier. Si l’Inspection du travail relève une irrégularité dans le PSE, elle en informe par écrit l’employeur et les représentants du personnel.
L’employeur y répond de façon motivée, en joignant l’avis du comité d’entreprise ou des délégués du personnel. En l’absence de représentants du personnel, les propositions de l’Inspection du travail et les réponses de l’employeur doivent être affichées sur les lieux de travail.
A noter : en l’absence de PSE obligatoire, l’Inspection du travail dresse un constat de carence dans les 8 jours suivant la notification du projet de licenciement.

Attention : ces procédures doivent être respectées sous peine de nullité de la procédure de licenciement.

Contacts

Inspection du travail

CarifOref Midi-Pyrénes Europe Région Midi-Pyrénes Direccte Occitanie