Agenda

Aucun agenda n'est actuellement disponible dans cette rubrique.

Vous pouvez cependant consulter les agendas de toutes les rubriques en cliquant sur ce lien.

Actualités

  • 26 juin 2017

    187 600 projets de recrutements en 2017 pour la région Occitanie

    Les résultats de l'enquête Besoins en main-d'œuvre 2017 (BMO) viennent d'être publiés par Pôle emploi. Cette enquête annuelle mesure les intentions de recrutement des employeurs pour l'année 2017, qu'il s'agisse de créations de postes ou de remplacements.  Pour cette nouvelle édition, Pôle emploi a interrogé plus de 160 000 établissements en fin d'année 2016.  Une nette amélioration des perspectives d'embauche pour 2017 Le nombre de projets d'embauche progresse de 4,4 % en Occitanie, soit plus de 7 800 projets supplémentaires par rapport à 2016. La part des établissements souhaitant recruter est également en hausse (24 % contre 22 % en 2016). Plus de la moitié des projets de recrutement est liée à une activité saisonnière en raison des caractéristiques de la région fortement orientée vers le tourisme et l'agriculture.    Plus de 6 projets sur 10 se situent dans les services Avec 114 330 intentions d'embauche, les services représentent 61 % des besoins en main-d'œuvre de la région et se répartissent entre les services aux particuliers (27 %), les services aux entreprises (17 %) et l'hébergement-restauration (17%). Le second secteur envisageant le plus de projet de recrutement est le secteur agricole, avec 36 215 intentions d'embauche dont 5 660 pour des activités de l'industrie agroalimentaire. Le commerce représente 12 % des besoins en main-d'oeuvre de la région. L'industrie représente, comme la construction, 4 % des projets de recrutement. Des profils avec des niveaux de qualifications faibles comme élevés dans les métiers les plus recherchés Vente, tourisme et services (72 539 projets de recrutement) : serveurs de cafés et de restaurants, employés polyvalents de cuisine ou agents d'entretien de locaux Métiers de l'agriculture (34 660) : viticulteurs, arboriculteurs, cueilleurs et les agriculteurs et ouvriers agricoles.  Social et médico-social (22 357) : professionnels de l'animation socioculturelle, aides-soignants, sportifs, animateurs sportifs Encadrement (16 177) : artistes, ingénieurs, cadres études et R&D Informatique, responsables informatiques, professionnels du spectacle Des recrutements qui restent hétérogènes d'un département à l'autre Plus de 4 projets sur 10 sont concentrés sur les seuls départements de la Haute-Garonne et de l'Hérault Au niveau des bassins d'emploi, 4 rassemblent 39 % des besoins en main-d'œuvre de la région : Toulouse (33 400 projets), Montpellier (19 900 projets), Perpignan (11 600 projets) et Nîmes (9 100 projets).  Plus de difficultés de recrutement en 2017 Plus d'une embauche sur 3 est jugée difficile par les employeurs en 2017 soit une proportion en hausse par rapport à 2016 (34 % contre 30 %).Cette hausse des difficultés concerne davantage l'industrie manufacturière (+ 7,9 points) et les services aux entreprises (+ 7 points). Les entreprises de moins de 10 salariés anticipent plus de difficultés à recruter que les entreprises de plus de 100 salariés. Des disparités face aux difficultés existent au niveau des bassins d'emploi avec 5 bassins affichant un taux supérieur à 40 % : Figeac, Rodez, Saint-Gaudens, Toulouse et Muret. Les difficultés rencontrées dans ces territoires concernent principalement la construction, l'hébergement et restauration, le commerce et l'industrie manufacturière. 

    Lire la suite
  • 26 juin 2017

    Le Guide du routard de l'alternance

    L'alternance vous intéresse, vous voulez en savoir plus sur les contrats, les spécificités régionales, ce guide est fait pour vous ! Opcalia et les éditions Hachette publient le premier Guide du Routard de l'alternance avec les soutiens du Medef, de l'Apec et de Centre Inffo.  Destiné au plus grand nombre - candidats à l'alternance et leurs parents - il présente les fondamentaux de l'alternance, des focus régionaux et des informations pratiques.  Le guide est en librairie depuis le 21 juin.  Le Guide du Routard de l'alternance

    Lire la suite

Voir toutes les actualités

Congé de conversion du Fonds national de l'emploi (FNE)

Date de mise à jour : 30 avril 2009

Objectifs

Favoriser le reclassement des salariés licenciés pour motif économique, avant même le début de leur préavis et en bénéficiant d’une aide de l’Etat, par la mise en œuvre d’un « programme de reclassement » réalisée durant la période de congé de conversion.

A noter : la convention de congé de conversion repose sur le volontariat des entreprises et salariés.

Employeurs

Toute entreprise.

Bénéficiaires

Tout salarié licencié pour motif économique.
A noter : l’accès au congé de conversion peut être limité à certains salariés.
Sont exclus les salariés bénéficiant d’allocations spéciales du FNE ou d’aides à la réinsertion des travailleurs immigrés.

Mise en oeuvre

Conclusion de la convention de congé de conversion avec l'unité territoriale de la Direccte, après avoir recueilli l’avis des représentants du personnel sur le projet de convention. 
La convention de congé de conversion prévoit un programme de reclassement, établi et mis en œuvre au sein de l’entreprise par une structure d’aide au reclassement.

Proposition du congé au salarié dans la lettre de licenciement, en indiquant notamment :
- la durée du congé de conversion et le statut du salarié durant cette période,
- les mesures d’aides au reclassement envisagées,
- le délai de réflexion dont bénéficie le salarié (15 jours) durant lequel il  peut bénéficier d’un entretien avec un représentant de la direction afin d’obtenir des informations complémentaires, 
- les cas dans lesquels le licenciement peut être notifié avant le terme du congé de conversion.
Cette proposition fait l’objet d’un projet de « contrat de congé de conversion », transmis au salarié avec une copie de la convention de congé de conversion.

Programme de reclassement

Principales missions de la structure d’aide au reclassement
- adaptation du  reclassement à chaque salarié (Programme individuel de reclassement),
- prospection active du marché de l’emploi, éventuellement menée avec le service public de l’emploi (Unité territoriale, Pôle emploi…)

Contenu du programme individuel de reclassement
- accueil-évaluation-orientation  pour évaluer les chances de placement direct du salarié,
- formation aux techniques de recherche d’emploi,
- action de remise à niveau facilitant le transfert sur d’autres postes de travail, 
- action d’adaptation à un emploi identifié,
- action de formation qualifiante, éventuellement précédées d’actions de formation préparatoires,
- offre de reclassement.
A noter : si des actions sont refusées sans motif valable par le salarié, l’employeur peut interrompre le congé et notifier au salarié son licenciement pour motif économique.

Durée

Durée comprise entre 4 et 10 mois, pouvant être :
- inférieure à 4 mois en cas de reclassement rapide du salarié,
- supérieure à 10 mois si ce dépassement est justifié, par exemple, par le marché local de l’emploi.

Statut du salarié

Durant le congé : allocation de conversion d’un montant  minimum mensuel de 65 % de la rémunération brute moyenne perçue au cours des 12 derniers mois précédant l’entrée en congé de conversion, sans pouvoir être inférieure à 85 % du Smic.
A noter : la protection sociale est également maintenue.

A l’issue du congé : le contrat de travail se poursuit jusqu’au terme du préavis puis le salarié bénéficie des indemnités de licenciement et, éventuellement, de préavis.

Aide de l'Etat

Possibilité de prise en charge de maximum 50 % du coût respectif :
- de l’ « allocation de conversion »,
- et des actions comprises dans le programme de reclassement 
A noter : le taux de prise en charge, déterminé selon la situation de l’entreprise et la qualité du programme de reclassement, peut être dégressif au fur et à mesure du déroulement du congé.

Contacts

Unités territoriales des Direccte
Pôle emploi



CarifOref Midi-Pyrénes Europe Région Midi-Pyrénes Direccte Occitanie