Agenda

  • 20
    févr.
    Lundi 20 février à Figeac : Réunion d'information sur la création / reprise d'entreprise
    Lire la suite
  • 23
    févr.
    Jeudi 23 février à Toulouse : Atelier-débat dédié à la filière des services à la personne
    Lire la suite
  • 28
    févr.
    Mardi 28 février à Figeac : "L'auto-entrepreneur : créer ou développer votre entreprise autrement"
    Lire la suite
  • 28
    févr.
    Mardi 28 février à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 03
    mars
    3 au 4 mars à Toulouse : Salon TAF 2017 (Travail, Avenir, Formation)
    Lire la suite
  • 07
    mars
    Mardi 7 mars à Figeac : Réunion d'information sur la création / reprise d'entreprise
    Lire la suite
  • 08
    mars
    8 mars à Auch : Salon TAF 2017 (Travail, Avenir, Formation)
    Lire la suite
  • 14
    mars
    Mardi 14 mars à Figeac : "L'auto-entrepreneur : créer ou développer votre entreprise autrement"
    Lire la suite
  • 15
    mars
    15 mars à Albi : Salon TAF 2017 (Travail, Avenir, Formation)
    Lire la suite
  • 20
    mars
    Lundi 20 mars à Figeac : Réunion d'information sur la création / reprise d'entreprise
    Lire la suite
  • 21
    mars
    Mardi 21 mars à Labège : Atelier création d'entreprise
    Lire la suite
  • 21
    mars
    Mardi 21 mars à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 28
    mars
    Mardi 28 mars à Figeac : "L'auto-entrepreneur : créer ou développer votre entreprise autrement"
    Lire la suite
  • 04
    avril
    Mardi 4 avril à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 18
    avril
    Mardi 18 avril à Labège : Atelier création d'entreprise
    Lire la suite
  • 25
    avril
    Mardi 25 avril à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite
  • 09
    mai
    Mardi 9 mai à Toulouse : Atelier "Créateurs, repreneurs : prêts à vous lancer ?"
    Lire la suite

Voir tous les agendas

Actualités

  • 10 févr. 2017

    Métiers de l'économie sociale et solidaire : de belles perspectives de recrutement

    L'édition 2017 du guide " Ces secteurs qui recrutent " du Cidj fait la part belle aux métiers de l'économie sociale et solidaire (ESS). Un article du Monde.fr fait un tour d'horizon des perspectives de recrutement de cette branche.  A l'horizon 2025, 700 000 départs à la retraite sont prévus dans la branche de l'économie sociale et solidaire dont 112 000 dès 2017.  Ces métiers recrutent dans de nombreux secteurs.  Le social, premier secteur d'emploi de l'ESS C'est le secteur qui annonce le plus grand nombre de départs à la retraite.  En 2016, 60 % des 53 400 offres d'emploi du secteur de l'action sociale ont été difficiles à pourvoir.   Selon l’Observatoire national de l’ESS, 287 000 postes devraient être libérés d’ici à 2025, et 40 000 dès 2017. Parmi les métiers les plus impactés par les départs à la retraite, les aides à domicile mais également les aides ménagers et les travailleurs familiaux. Ces métiers peu qualifiés rencontrent des difficultés de recrutement, en raison notamment du grand nombre d'emplois à temps partiel. Mais le secteur social offrent également des opportunités d'emplois dans des métiers qualifiés : psychologues, conseillers en insertion ou éducateurs spécialisés...  Le secteur de la santé Avec plus de 12 000 postes libérés dès 2017 et 61 000 d'ici à 2025, la santé est le quatrième secteur d'emplois de l'ESS selon le Cidj. Ce secteur recrute aussi bien dans les métiers qualifiés que moins qualifiés. Parmi les métiers qui doivent enregistrer le plus de départs à la retraite, les médecins, les infirmiers et les agents de services hospitaliers.  Les secteurs de la banque et des assurances Plus de 9 000 postes doivent être libérés dès 2017 et près de 75 000 d'ici 2025 dans ces deux secteurs. Le guide relève une hausse du niveau de recrutement : 8 recrutements sur 10 dans l'assurance et les banques se font avec un niveau bac + 2 minimum.  Les fonctions supports De nombreux départs à la retraite sont à prévoir dans les métiers transverses de l'économie sociale et solidaire. Secrétaires de direction, cadres des services administratifs, employés des services comptables ou financiers, ingénieurs et techniciens informatique. Les perspectives de recrutement seront particulièrement importantes dans l'informatique. Lire l'article sur le Monde.fr Commander le guide du Cidj  

    Lire la suite
  • 01 févr. 2017

    Aide à domicile auprès des personnes âgées : 300 000 emplois à pourvoir d'ici 2030

    Le ministère des Affaires sociales et de la Santé lance une campagne nationale d'information "Aider les autres, c'est mon métier" pour promouvoir et valoriser les métiers de l'aide à domicile auprès des personnes âgées.  Un secteur qui recrute Avec le vieillissement de la population et les nombreux départs à la retraite de professionnels exerçant ces métiers, le secteur de l'aide à domicile pour les personnes âgées est un secteur en pleine dynamique.  300 000 emplois nouveaux seraient à pourvoir d'ici 2030.  Emplois de proximité au service des autres, 80 % des postes à pourvoir sont des CDI.  Parmi les recruteurs, les associations, les entreprises, les communes et les personnes âgées elles-mêmes.   Un panel de métiers au service des autres Le secteur de l'aide à domicile auprès des personnes âgées regroupe de nombreux métiers. Leurs points communs ? Agir au plus près des personnes âgées, rompre leur isolement et recréer du lien social entre les générations. Parmi les principales missions : accompagner la personne âgée dans ses sorties, aider à la réalisation des tâches de la vie courante, aider à l'entretien du logement, réconforter la personne par sa présence quotidienne, soutenir les personnes dans l'accomplissement des démarches administratives... Des métiers ouvert à toutes et à tous Aucun diplôme n'est exigé dans le secteur mais la professionnalisation est en cours avec le diplôme d'Etat d’Accompagnant éducatif et social (Deaes). L'entrée en formation est soumise à la réussite de deux épreuves d'admission, écrite et orale.  Plusieurs sources de financement sont possibles (Région, Pôle emploi, Fongécif, Opca, Cnsa …). La formation dure de 9 à 24 mois et contient un socle commun et 3 spécialités. Télécharger le kit de communication  sur le site du ministère pour vous informer ou relayer la campagne. 

    Lire la suite
  • 23 janv. 2017

    Lancement du concours "S'engager pour les quartiers"

    La Fondation Face et ses partenaires ont lancé le 17 janvier l'édition 2017 du concours "S'engager pour les quartiers".  Ce Rendez-vous constitue l'opportunité pour les porteurs de projets innovants de voir leurs projets reconnus et valorisés.  « S’engager pour les Quartiers » est un concours national qui concerne exclusivement les territoires bénéficiant d’un programme de l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine). Le concours s’adresse à toute structure publique ou privée (association, collectivité, start-up, établissement public, entreprise hors Grand Groupe et filiales) dont le projet crée de l'innovation sociale, des emplois et de l'activité économique, encourage la création d'entreprise, favorise l'insertion professionnelle ou améliore la vie quotidienne. Pour participer au concours "S'engager pour les quartiers" rendez-vous sur  www.fondationface.org/lancement-du-concours-sengager-pour-les-quartiers-edition-2017/ Face Grand Toulouse 32 rue de la Caravelle 31500 Toulouse 05 34 42 07 22 http://www.facegrandtoulouse.org/

    Lire la suite

Voir toutes les actualités

Appui aux mutations économiques (AME)

Date de mise à jour : 30 juin 2011

Objectifs

Encourager et soutenir les projets visant à sécuriser, maintenir, développer l’emploi et les compétences dans des secteurs ou territoires fragilisés par des mutations économiques ou, au contraire, créateurs d’emploi et devant être, à ce titre, dynamisés.


Mise oeuvre

La démarche d’Appui aux mutations économiques (AME) pilotée par l’Etat intègre, en les simplifiant, les outils existants en matière d’anticipation et d’accompagnement des mutations économiques : 

- Engagement de développement de l’emploi et des compétences (Edec), 

- Aide au conseil en gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (Gpec),

- Fonds national de l’emploi-formation (FNE-Formation), désormais intitulé AME-Entreprise.


L’AME est organisée en deux volets

- Volet ingénierie emploi-formation : CEP (contrat d’études prospectives), aide au conseil en Gpec, ingénierie de formation des Edec et de l’AME-Entreprise, appui technique…

- Volet opérationnel : Adec (actions emploi et formation des Edec), action de formation de l’AME-Entreprise, projets de Gpec territoriale…


L’AME est mobilisable via trois entrées

- Branches (AME-Branches) : accords de partenariat conclus, avec un soutien financier de l’Etat, au niveau national, régional ou infrarégional, entre la Dgefp (Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle), ou en région, la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) et les branches professionnelles pour conforter l’emploi de salariés fragilisés ou soutenir des possibilités d’emploi dans des branches en développement ou peu structurées. 

AME-Branches se développe dans le cadre d’un plan à 3 ans.

- Territoires (AME-Territoires) : accords de partenariat conclus, avec un soutien financier de l’Etat, au niveau régional ou infrarégional, entre la Direccte et divers acteurs (interprofessionnel, regroupements d’entreprises, collectivités territoriales, service public de l’emploi…) pour développer les pratiques de Gpec territoriale. 

AME-Territoires se développe selon la durée du projet soutenu (1 à 3 ans).

- Entreprises (AME-Entreprises) : soutien de programmes d’adaptation des compétences pour sauvegarder l’emploi de salariés d’entreprises, notamment de PME, subitement confrontées à un changement de production et/ou de marché (la Direccte, peut, dans ce cadre, conventionner avec un Opca pour plusieurs TPE/PME).

AME-Entreprises se met en place de façon très réactive au regard du projet. 


Montant

Le taux d’intervention de l’Etat est modulable selon les actions, dans le respect du droit communautaire et dans un objectif d’ « effet levier » (1 € de l’Etat devra mobiliser au moins 2 € en provenance d’autres partenaires au projet).

Contacts

- Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi)


CarifOref Midi-Pyrénes Europe Région Midi-Pyrénes Direccte Occitanie