Agenda

Aucun agenda n'est actuellement disponible dans cette rubrique.

Vous pouvez cependant consulter les agendas de toutes les rubriques en cliquant sur ce lien.

Actualités

  • 26 juin 2017

    187 600 projets de recrutements en 2017 pour la région Occitanie

    Les résultats de l'enquête Besoins en main-d'œuvre 2017 (BMO) viennent d'être publiés par Pôle emploi. Cette enquête annuelle mesure les intentions de recrutement des employeurs pour l'année 2017, qu'il s'agisse de créations de postes ou de remplacements.  Pour cette nouvelle édition, Pôle emploi a interrogé plus de 160 000 établissements en fin d'année 2016.  Une nette amélioration des perspectives d'embauche pour 2017 Le nombre de projets d'embauche progresse de 4,4 % en Occitanie, soit plus de 7 800 projets supplémentaires par rapport à 2016. La part des établissements souhaitant recruter est également en hausse (24 % contre 22 % en 2016). Plus de la moitié des projets de recrutement est liée à une activité saisonnière en raison des caractéristiques de la région fortement orientée vers le tourisme et l'agriculture.    Plus de 6 projets sur 10 se situent dans les services Avec 114 330 intentions d'embauche, les services représentent 61 % des besoins en main-d'œuvre de la région et se répartissent entre les services aux particuliers (27 %), les services aux entreprises (17 %) et l'hébergement-restauration (17%). Le second secteur envisageant le plus de projet de recrutement est le secteur agricole, avec 36 215 intentions d'embauche dont 5 660 pour des activités de l'industrie agroalimentaire. Le commerce représente 12 % des besoins en main-d'oeuvre de la région. L'industrie représente, comme la construction, 4 % des projets de recrutement. Des profils avec des niveaux de qualifications faibles comme élevés dans les métiers les plus recherchés Vente, tourisme et services (72 539 projets de recrutement) : serveurs de cafés et de restaurants, employés polyvalents de cuisine ou agents d'entretien de locaux Métiers de l'agriculture (34 660) : viticulteurs, arboriculteurs, cueilleurs et les agriculteurs et ouvriers agricoles.  Social et médico-social (22 357) : professionnels de l'animation socioculturelle, aides-soignants, sportifs, animateurs sportifs Encadrement (16 177) : artistes, ingénieurs, cadres études et R&D Informatique, responsables informatiques, professionnels du spectacle Des recrutements qui restent hétérogènes d'un département à l'autre Plus de 4 projets sur 10 sont concentrés sur les seuls départements de la Haute-Garonne et de l'Hérault Au niveau des bassins d'emploi, 4 rassemblent 39 % des besoins en main-d'œuvre de la région : Toulouse (33 400 projets), Montpellier (19 900 projets), Perpignan (11 600 projets) et Nîmes (9 100 projets).  Plus de difficultés de recrutement en 2017 Plus d'une embauche sur 3 est jugée difficile par les employeurs en 2017 soit une proportion en hausse par rapport à 2016 (34 % contre 30 %).Cette hausse des difficultés concerne davantage l'industrie manufacturière (+ 7,9 points) et les services aux entreprises (+ 7 points). Les entreprises de moins de 10 salariés anticipent plus de difficultés à recruter que les entreprises de plus de 100 salariés. Des disparités face aux difficultés existent au niveau des bassins d'emploi avec 5 bassins affichant un taux supérieur à 40 % : Figeac, Rodez, Saint-Gaudens, Toulouse et Muret. Les difficultés rencontrées dans ces territoires concernent principalement la construction, l'hébergement et restauration, le commerce et l'industrie manufacturière. 

    Lire la suite
  • 26 juin 2017

    Le Guide du routard de l'alternance

    L'alternance vous intéresse, vous voulez en savoir plus sur les contrats, les spécificités régionales, ce guide est fait pour vous ! Opcalia et les éditions Hachette publient le premier Guide du Routard de l'alternance avec les soutiens du Medef, de l'Apec et de Centre Inffo.  Destiné au plus grand nombre - candidats à l'alternance et leurs parents - il présente les fondamentaux de l'alternance, des focus régionaux et des informations pratiques.  Le guide est en librairie depuis le 21 juin.  Le Guide du Routard de l'alternance

    Lire la suite

Voir toutes les actualités

Contributions des entreprises au développement de la formation professionnelle continue (FPC)

Date de mise à jour : 16 mars 2017

Objectifs

Contribuer au développement de la formation professionnelle continue pour financer des actions de formations au bénéfice des salariés.

Employeurs

Tous les employeurs, quels que soient leur forme juridique, activité et effectif (sauf l’Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs).

Taux et répartition de la contribution

La loi du 5 mars 2014 simplifie l'obligation des entreprises à participer au financement de la formation professionnelle : suppression de l'obligation de financement au titre du plan de formation, création d'une contribution unique versée à un seul Opca (Organisme paritaire collecteur agréé).

Les taux indiqués représentent la contribution minimale légale. Des contributions supplémentaires ayant pour objet le développement de la formation professionnelle continue peuvent être versées à l'Opca, soit en application d'un accord collectif soit sur la base du volontariat.


Tableau d'affectation de la contribution  (% de la masse salariale brute)

Le seuil de 10 salarié sera porté à 11 pour la collecte due au titre de l'année 2016.


Entreprises
de 1 à 10 
salariés
Entreprises
de 11 à 49
salariés
Entreprises
de 50 à 299
salariés
Entreprises
de plus de
300 salariés
Plan de formation
0,4 %
0,20 %
0,10 %
-
Professionnalisation
0,15 %
0,30 %
0,30  %
0,40 %
Congé individuel 
de formation (CIF)
-
0,15 %
0, 20 %
0,20 %
Fpspp
-
0,15 %
0,20 %
0, 20 %
Compte personnel 
de formation (CPF)
-
0,20 %
0,20 %*
0,20 %*
Contribution globale
0,55 %
1 %
1 %
1 %

*Si un accord prévoit que l'entreprise gère elle-même ce 0,2 % sa contribution unique est ramenée à 0,8 %.


Les règles de lissage pour le dépassement du seuil de 10 salariés

années N, N+1, N+ 2 : maintien du taux de contribution antérieur (0,55%),
année N+3 : le taux de contribution est porté à 0,70 %
année N+4 : le taux est porté à 0,90 %
année N+5 : le taux est porté à 1 %

Ce lissage ne s'applique pas lorsque l'accroissement de l'effectif résulte de la reprise ou de l'absorption d'une entreprise ayant employé au moins 10 salariés au cours de l'une des trois années précédentes.


Contribution au 1 % CIF-CDD

Cette contribution est à verser uniquement pour les employeurs ayant eu recours à des salariés en CDD.
Elle est calculée uniquement sur la Masse salariale brute (MSB) des CDD de l’année précédente.

Le 1 % CIF-CDD n’est pas dû pour les contrats suivants : contrat en alternance ou aidé, contrat conclu avec un jeune dans le cadre de son cursus scolaire ou universitaire, CDD auquel succède un CDI, contrat conclu avec les intermittents du spectacle si l’employeur relève de l’activité du spectacle.

Contrôle

La loi sur la simplification de la vie des entreprises et des procédures administratives supprime à partir de 2016 la déclaration n° 2483 de participation des employeurs à la formation professionnelle continue pour les entreprises de 10 salariés et plus.
Cependant, l'obligation pour les entreprises de déclarer leur participation à la formation de leurs salariés est maintenue. Les informations devront être transmises par les entreprises à l'Etat via la déclaration annuelle des données sociales (Dads) ou la déclaration des salaires, honoraires et actionnariat n°2460 pour les entreprises ne relevant pas du régime de la sécurité sociale.

Contacts

Direccte : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi 



CarifOref Midi-Pyrénes Europe Région Midi-Pyrénes Direccte Occitanie